L'autoformation en Espagne: de la création de centres d'autoapprentissage à l'organisation de systèmes de formation personnalisée


Octavi Roca

Núria Vidal

Techniciens de Codi7. Systèmes d'autoformation et formation spécifique

codi7@cambrabcn.es


octavi.roca@bcn.servicom.es






Index




Recupérer l'articleen format RTF



L'analyse de la formation



L'analyse de la formation en Espagne démontre que la plupart des innovations -ou plutôt des innovations les plus remarquables- commencent à partir d'actuations concrètes que les formateurs et responsables de foramation menent à terme à fin de resoudre des problèmes très precis qu'ils rencontrent dans leur tâche quotidienne.

En général on ne part pas de la réflexion théorique et après on agit, sinon au contraire. De même pour l'autoformation et tous les principes qui l'entourent (introduction des actions d'apprendre à apprendre, autonomie de l'apprenant, respect à la diversité...)

Il y a douze ans environ que les conceptes d'autoformation, tels qu'on les conçoit aujourd´hui, sont en train de s'introduire en Espagne, principalement dans la Catalogne. Mais plus ancienne encore est la préoccupation en ce qui concerne les différences entre les personnes et, en rapport avec celà, leurs différences en tant qu'apprenants, l'individualisation et la personnalisation de l'apprentissage.

Les premiers pas ont été l'incorporation des outils et méthodes dans la classe et l'introduction du travail autonome dans la classe, ce qu'on appelait le travail par "coins". Les pas suivants ont été la recherche des formateurs sur "apprendre à apprendre" et le respect à la diversité.

Mais c'est depuis douze ans environ que des formateurs et responsables de formation ont commencé à faire des recherches pour trouver des formules neuves, en y ajoutant celles qui sortaient du groupe classe et du travail dans les cours.

Il ne s'agissait plus de trouver la bonne méthode, celle qui fonctionne le mieux. Il ne faut pas oublier, par exemple, dans le cas de l'apprentissage de langues, les luttes entre les différentes approches (situationnel, SGAV, notionnel-fonctionnel, les approches humanistes...). Il s'agisait de trouver des solutions différentes, alternatives ou complémentaires aux cours.

L'objectif c'était de rentabiliser au maximum les efforts, les ressources et le temps consacré à l'apprentissage.

C'est ainsi que l'expérimentation dans la création de centres d'autoapprentissage a commencé. Avec des noms différents (centre/salle/espace d'autoformation, d'autoapprentissage, de ressources...) mais toujours avec l'idée de flexibilité. Les consignes c'étaient: venez quan vous voulez, apprenez ce que vous decidez, faites d'après la façon qui vous soit la plus commode, à votre rythme, d'après les stratégies cognitives qui vous aillent le mieux... Une position idéologique de liberté absolue.

Peut être le point de départ n'était que l'intuition et l'expérimentation de certaines possibilités -et par conséquent la stratégie d'essai-erreur- mais l'axe central c'était la volonté et la dédicace des formateurs qui pilotaient les expériences. Et il faut dire que dans certains cas la direction de leurs centres ou institutions donner un support rélatif à ce genre d'innovations, surtout au début.

L'expérience a demontré que les centres fonctionnaient, que chaque fois ils étaient de plus en plus utilisés, que le niveau de satisfaction des usagers était élévé... Par conséquent l'expérience a commencé à s'elargir.

L'expérimentation s'est faite dans tous niveaux éducatifs (éducation primaire, secondaire et universitaire, formation des adultes, formation occupationnelle, formation continue, formation permanente, formation non reglée et même dans le temps libre) et pour plusieurs matières (langues, informatique, comptabilité, des matières propres de la formation de base: mathématiques, géographie, sciences naturelles, histoire...)

A ce moment il y a sis ou set ans, un groupe de "praticants" très interessés à la recherche et aux échanges d'expériences dans ce domaine ont creé à Barcelone l'Associació per a la lnvestigació i la Promoció de l'Autoaprenentatge, l'AIPA (Association de Recherche et Promotion de l'Autoapprentissage) qui a organisé des rencontres mensuelles, des débats et trois congrès annuels.

Les expériences continuaient à se repandre et il est devenu normal de parler de réseaux de centres. Et voilà le moment arrivé de parler de réflexion théorique.

Plusieurs universités ont crée leurs centres d'autoapprentissage, la plupart pour l'apprentissage de langues, et le débat téorique commence a y prendre pied. Mais il ne s'agit pas d'un intérêt exclusif au monde académique mais aussi des responsables de tous les niveaux de formation.

Et peut être c'est à cause de ce début de débat théorique qu'on s'est rendu compte qu'on était en train de mettre l'accent sur le système organisatif -les centres en sont un exemple- et qu'il faudrait se pointer sur l'apprenant, sur la personne qui apprend.

C'est en suivant cette nouvelle voie qui ont démarré plusieurs expériences de formation où on ne parle plus d'autoformation ni d'autoapprentissage, mais de formation personnalisée ou sur- mesure.

On s'est aperçu que au cas où l'apprenant avait des contraintes de temps, de résultats ou d'investissement la demande tournait vers des formules dans le même esprit mais pas aussi libres. C'est le cas, par exemple, de la Mairie de Barcelone où a côté d'un service de formation -langues et informatique- axé sur les besoins detectés au centre d'autoformation, on est en train de développer un système de formation personnalisé, sur-mesure concernant l'organisation personnelle.

Il s'agit d'une nouvelle démarche. De la création de systèmes auxquels l'apprenant devait s'adapter -les centres quoique absolument flexibles, ils conditionnent l'actuation de l'apprenant- on vise la création de systèmes qui permettent l'adaptation à chaque apprenant sans qu'il n'y ait de restriction, ni limites, ni imposition.

Les expériences les plus remarquables sont en train de se développer en Catalogne et ce sont:


Programme SEFED (Simmulation d'entreprises avec des finalités éducatives)

Formation occupationnelle pour des administratifs à travers la simulation d'entreprises.



Formation en langue catalane pour les sapeurs-pompiers de la Catalogne

Formation continue personnalisé à distance en langue catalane.

Les instruments de dynamisation sont devenus des outils indispensables. Leur fonction est celle de rappeler aux apprenants qu'ils sont inscrit au programme, de maintenir leur motivation et de leuur proposer de nouvelles idées: nouvelles activités, propositions d'inscription à des examens officiels, schémas avec des erreurs qu'il faut éviter, calendrier de visites aux parcs, propositions de travail avec d'autres apprenants, etc.


Formation personnalisé en anglais pour des entreprises. Codi7

Formation continue.



Formation d'adultes de la Catalogne

Formation de base.



Universitat Oberta de Catalunya (Université Ouverte de la Catalogne)

L'Université Ouverte de la Catalogne veut incorporer les avantages des nouvelles technologies. On envisage la création d'un campus virtuel, le contact permanent avec le tuteur et avec d'autres apprenants, la création d'un bon système de suivi et de motivation. Les expériences de formation à distance démontrent que ces éléments sont nécessaires pour combattre les risques d'abandon. La pièce clé est le contacte humain.

Dans tous les cas il s'agit de créer un système avec une grande flexibilité qui permet de faire une détection de besoins et un diagnostique de chaque personne, l'élaboration du plan personnalisé, le dessein du système de travail de l'apprenant, le support et le suivi, le control et l'évaluation continue, la dynamisation du système et l'évaluation finale.

Quelques traits à remarquer qui se dégagent de ces expériences ce sont:

C'est ainsi que chaque personne devient encore plus autonome qu'avec la simple assistance à un centre d'autoformation. Et en plus il a le degré de control, suivi et assistance dont il a besoin, sans que ce soit le système qui l'impose.

Celui-ci est l'axe principal que le processus de réflexion a parcouru. Avant on plaidait par l'autonomie totale, l'apprenant decidait tout, ce qu'il apprenait, comment, quan et où, avec quels outils, il "utilisait" le tuteur quand il voulait... Maintenant les nouveaux systèmes ont pour but donner à l'apprenant l' accompagnement que l'on accorde dans le plan personnalisé et dans le consensus du contrat pédagogique. Il ne s'agit pas de controler tout le monde, mais que chacun ait l'autonomie qu'il veuille, celle qu'il lui convienne, decidée de mutuel accord entre le formateur (expert dans le domaine) et l'apprenant.

De toute façon la clé est celui qui prend les decisions: si c'est le tuteur/assesseur ou bien l'apprenant. Dans les expériences renseignées, c'est l'apprenant qui decide tout librement. C'est pour celà qu'on peut affirmer que les systèmes de formation personnalisée respectent absolument les principes qui ont engendré les centres d'autoapprentissage et qui en conduisent l'activité et par conséquent representent un pas en avant par rapport à la flexibilité du système et à la liberté de l'apprenant de se fixer lui même leurs propres objectifs et le chemin le plus adequat pour les acquerir.

Un élément important est l'introduction en masse des technologies de l'information et de la communication qui ont favorisé la création de matériels pour l'apprentissage et des instruments pour l'orientation et la dynamisation. Et surtout les différentes technologies de la communication pour le support et l'assistance (téléphone, fax, réseaux informatiques, courrier électronique, forums, vidéoconférences, etc.). Le souci actuel est celui de structurer didactique et pédagogiquement les avantages des nouvelles technologies.

Une autre donnée importante en Espagne est la Réforme Éducative (de tout le système éducatif) qui est en train de s'imposer. Les textes edités à propos de la réforme et les scéances de formation parlent beaucoup de diversité, d' apprendre à apprendre, de favoriser les stratégies personnelles.. .Mais jusqu'à maintenant la mise en pratique de ces conceptes est très difficile et seulement a été possible dans le travail en classe.

Cépendant il y a eu quelques expériences de montage de centres ou de salles d'autoapprentissage dans des centres d'enseignement sécondaire qui ont du surmonter les difficultés des restrictions propres au système éducatif (contenus concrets, évaluation finale, peu de motivation...) et le fait que toute l'équipe de formateurs ne partage pas ces principes. Pour commencer un travail en dehors de la salle de classe il faut un projet commun.

En ce moment il y a des initiatives dans certains centres de primaire et sécondaire où ces principes font déjà partie du projet éducatif de centre.

D'un autre côté, actuellement l'un des problèmes graves est le manque de systèmes de formation pour les assesseurs et tuteurs de systemes d'autoformation et/ou formation personnalisée. Il n'y a que certaines actuations dans certaines universités, mais toujours de la formation en troisième cycle et jamais d'études de troisième cycle complets. C'est à dire que nullepart on peut y faire de la formation initiale complète des formateurs.

Chaque fois davantage il y a plus d'initiatives qui démarrent et le véritable problème est celui de trouver les formateurs capables de piloter ces systèmes de formation avec des garanties de succés. Il ne faut pas oublier que malgré la technologie, les bonnes ressources matérielles et les bons desseins pédagogiques qu'on peut mettre à la portée du système, la clé pour le bon fonctionnement est toujours le formateur (son attittude et sa préparation pour l'assistance).


Et pour le futur?


Les perspectives sont très positives, à tous les niveaux on pense à l'incorporation d'innovations. Par conséquent, il est évident que la formation personnalisée aura un rôle très important.

On prévoit des changements très importants avant la fin de siècle et la situation actuelle est vraiment encourageante avec l'innovation qui vient de commencer.


Février 1995.

Article publié dans Éducation Permanente. Paris. 1995



Tourner à la bibliothèquevirtuel de tecnologie educative